Salut les Addicts ! Petit retour en arrière aujourd’hui, c’était en 2015 quand j’ai démarré le vélo. Je veux dire, vraiment démarré. J’ai toujours apprécié ce sport, mais jusque là je ne faisais du vélo qu’à l’occasion, peut-être une fois par mois, principalement du VTT. Puis j’ai acheté mon premier vélo de route, un cyclo cross d’occasion. Avec des roues beaucoup plus étroites qu’un VTT sans être un pur vélo de route, le cyclo-cross est un bon compromis. Loin d’être une machine de guerre, simplement un vélo qui me permettait d’aller et revenir du travail dans la belle période de l’année. L’impression de vitesse est top par rapport au VTT mais pourtant, c’est là que le plus dur commence !

Quand j’ai démarré le vélo j’ai appris à rouler !

Quand j'ai démarré le vélo, sans prétention

Le vélo ça prend de la force dans les cuisses. Et en bon coureur, à la moindre bourrasque de vent contraire, je restais scotché à la route avec aucune faculté à relancer l’allure. Le principal enjeu du coureur est là : avoir de la force dans les jambes pour courir c’est bien, la transposer sur un vélo c’est autre chose. Quand j’ai démarré le vélo, je ne me suis pas vraiment pris la tête avec cet aspect j’ai simplement roulé et pris du plaisir en enchaînant les kilomètres. Une petite centaine de kilomètres par semaine à un rythme que je pourrais comparer à l’endurance fondamentale du coureur… Toute la clé est là ! Comme c’est en forgeant qu’on devient forgeron, c’est en roulant qu’on devient cycliste ! Alors j’ai roulé tout l’été, semaines après semaines en alternance avec la course à pied… Et comme rouler à vélo l’été c’est vraiment le pied… J’y ai pris goût !

Rapidement j’ai voulu rouler plus et rouler plus vite !

Quand j'ai démarré le vélo, sans prétention

C’est à ce moment que le déclic est venu. Je suis quelqu’un qui aime la vitesse et j’ai décidé que l’année suivante serait celle d’un apprentissage beaucoup plus poussé du vélo. Alors j’ai fait les liquidations de fin de saison et trouvé un vélo de triathlon à -70%. En achetant l’équipement minimum pour me faire plaisir avec. Ce fût un budget total largement sous les 1 000 euros (je vous en parle ici). Un beau budget pour moi le coureur, mais trois fois rien par rapport au budget de certains triathlètes ! C’est là que la frustration commence. Car pour trouver ce genre de deal, c’est hors saison qu’il faut regarder. J’ai donc acheté ce premier vélo de triathlon fin octobre… Et j’ai pu rouler 3 fois avec avant que le froid vienne m’enlever tout plaisir de le faire… Montréal en novembre ce n’est pas vraiment la période ! Pluie à gogo, à vélo, c’est pas rigolo…

Voilà ce qui signe la fin de l’année 2015, quand j’ai démarré le vélo et que j’ai tout de même terminé avec 2 000 km au compteur… La suite arrive bientôt ! 😉

3 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here