Ce duathlon de Drummondville tombait très bien dans mon calendrier. D’abord parce que la compétition commençait à me manquer après le marathon de Prague. Ensuite parce que c’est un format sprint, la course parfaite pour travailler fort sans générer une grosse fatigue (et donc devoir couper l’entraînement pour récupérer). Je n’ai d’ailleurs pas ralenti le rythme à l’approche de cette compétition. Simplement, une journée allégée la veille de la course, mais sinon la semaine d’entraînement a été normale. C’est une course C dans la catégorisation des objectifs que je vous donnais ici. Mais une course d’entraînement ne veut absolument pas dire une course relax…

Rappel : un duathlon sprint c’est intense du début à la fin

Un duathlon sprint c’est 5k course / 20k vélo / 2,5k course. Pas le temps de niaiser comme on dit chez moi ! C’est un effort qui est proche d’être maximal. La course à pied se fait autour de l’allure 10km (voire un peu plus vite quand ça va bien), ça vous laisse bien imaginer l’intensité ! Et au milieu de ça, on doit coller 20km de vélo quasiment à bloc du début à la fin. Vraiment intense comme format !

Pas de stress pour autant de mon côté, je suis en mode entraînement. Mais comme toujours, une fois le dossard attaché… le lion sort de sa cage ! Et cette fois encore, dans mon échauffement, j’ai senti que j’avais le mental pour pousser fort aujourd’hui. Alors je me mets en première ligne au départ et je retrouve les mêmes gars que l’an passé. Dès que le départ est donné, je sens qu’ils sont partis vraiment vite. Je suis là pour tout donner mais je connais aussi mes limites, je relâche un petit peu le rythme. Je me cale à l’allure que je voudrais tenir le plus possible aujourd’hui : 3’30/km. Ambitieux mais faisable dans un bon jour !

Photo non contractuelle, ma photographe officielle était restée à la maison pour une fois ! 😀

Aller vite sans se mettre dans le rouge total !

Le premier km bippe à 3’26, je suis content de les avoir laissés filer après 100m. Depuis ce moment, je suis pile sur le 3’30/km que je me suis fixé. Et surtout, je me sens vraiment bien à cette allure, c’est top ! L’un des deux de devant commence déjà à ralentir un peu le rythme, je remonte donc petit à petit puis le double aux environs du 2ème kilomètre. Le premier est maintenant en point de mire. Avec un 3’32 sur le 3ème km, toujours plutôt à l’aise (tout est relatif évidemment, à l’aise pour ce type d’allure, c’est loin d’être une promenade de santé ! 😀).

Je pousse un petit peu plus sur le kilomètre suivant, juste ce qu’il faut pour recoller au premier. 3’29 sur ce kilomètre, c’est très régulier tout ça ! Je relâcherai simplement un peu dans les 500 derniers mètres en prévision du vélo. 3’30 de moyenne au global, pile ce que j’espérais faire, c’est top !

Le plus dur commence…

Arrivé dans la transition, je fais un peu plus de chemin que ce que j’aurais dû et perd une dizaine de secondes… Je n’ai pas eu le temps de bien repérer tout ça avant le départ, ça se sent ! Bref je pars sur le Bike avec un retard évitable… Dommage ! Même si je vais tout de suite me rendre compte que, de toute manière, je n’aurais pas pu suivre. À peine un mois de vélo dans les jambes c’est trop peu, je suis encore limité en terme de puissance ! J’ai l’impression d’être à fond alors que le rythme n’est pas exceptionnel, loin de là ! Mais c’est le principe d’une course d’entraînement, je le savais en venant ! Je suis là pour donner le max et travailler ! Alors je me donne !

La route est très bosselée, plate et sous la forme d’une longue ligne droite de 5km à faire 4 fois. Vraiment pas pour avantager un petit gabarit comme moi ! Au final je ne me ferai doubler qu’une fois, mais par un pur cycliste aux cuisses surdimensionnées. Je me suis littéralement fait déposer ! Je pousse quand même jusqu’au bout et entre dans la zone de transition… et m’y perds… J’ai suivi les indications d’un bénévole sans réfléchir et me retrouve dans la mauvaise allée… Et là c’est le drame, 30 secondes de perdues à chercher ma place… l’erreur de débutant par excellence ! Ça me servira de leçon pour la prochaine course => repérage avant la course + concentration à ce moment clé, c’est indispensable !

Quand la course à pied va, tout va !

Je finis quand même par trouver ma place et repars en me rendant compte que personne ne m’a dépassé ! Ouf j’avais même encore une petite avance ! En plus, je sens que mes jambes répondent super bien au passage du vélo à la course ! Au fond de moi je sais que je vais garder cette 3ème place. Je n’ai jamais perdu de place sur la 2ème course à pied et j’ai souvent les meilleurs temps de cette partie sur mes duathlons.

Je me motive à pousser le plus que je peux sur ce 2,5k, pour que l’entraînement soit efficace au maximum. J’accélère progressivement et vois furtivement à la montre que je suis à nouveau à 3’30/km ! C’est la première fois que j’arrive à maintenir une allure aussi rapide en descendant du vélo ! Ça me booste vraiment. Tant et si bien que j’arrive à pousser comme ça jusqu’à la ligne d’arrivée !

Ce Duathlon de Drummondville lance bien la saison !

1h00’33 comme chrono final… Sans mes conneries j’aurais clairement été sous les 1h ! Peu importe, je suis 3ème au général (et 1er des 30/39 ans, ma nouvelle catégorie pour cette année ^^’), ça marque des gros points pour la Coupe du Québec où je vais essayer d’être classé cette année ! Et surtout, j’ai maintenant une très bonne idée de mon niveau de forme et sur ce qu’il faut travailler !

8 COMMENTS

  1. Bravo, bravo ! Effectivement quelques points à travailler : le repérage du vélo au parc 😉… Je n’ai pas fait mieux lors de mon tout 1er duathlon cette année : 3 boucles sur le relai vélo et au 2me je ne savais plus où j’en étais… Je pensais que ca n’arrivait qu’aux autres ! On perd vite des précieuses secondes et surtout, on s’en veut terriblement. Merci pour ce récit en tout cas, et encore bravo pour cette belle médaille 👍
    • Merci !
      J’ai vraiment peché par “désinvolture”. Je viens pour une course d’entraînement, je suis relax jusqu’au départ, aucun stress… Le stress à aussi ses bons côtés, il te faut t’assurer 15 fois des petits détails… Là je ne m’en suis même pas soucié, on voit le résultat ! 😀
      Au final, c’est une bonne expérience ! C’est une erreur qui fait apprendre, je m’en souviendrais maintenant c’est sûr ! 😉

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here