Salut les Addicts ! Ça y est, je suis finisher de mon premier duathlon olympique ! Et autant vous dire qu’il y a de la matière à vous raconter à propos de ces 10km de course suivis par 40km de vélo pour terminer par 5km de course. C’était une découverte mais avec une bonne forme autant sur les derniers entraînements de course que de vélo, les ambitions étaient de découvrir en allant vite…

Le Duathlon c’est d’abord de l’organisation
Duathlon olympique Check !

J’étais près, j’avais tout fait dans les jours et semaines avant la course. Entraînement en enchaînement, montée et descente du vélo en roulant, attacher les pédales et attacher les chaussures en roulant… Et puis j’avais tout lu, tout regardé pour ne pas être pris de cours… Pourtant, le jour J , c’était un peu comme avant un départ en voyage, en me demandant qu’est ce que j’avais pu oublier… Et puis une course à 11h45, c’est un horaire où je ne sais jamais quand et quoi manger… Tout ça pour dire qu’il n’y a pas eu de gros accroc : le setup de ma zone de transition était correct, je m’y suis bien retrouvé. Un bon point pour moi sur l’organisation ! 🙂

Duathlon Olympique Partie 1 : 10km Run

J’avais peur de l’orage et de la grosse pluie qui m’aurait crispé, moi le débutant à vélo, la météo a changé pour un grand soleil ressenti 31°… À l’heure du départ de la course, je me demande si je n’aurai pas préféré la pluie finalement… Je m’asperge de partout, rempli ma casquette d’eau et… C’est le départ de mon 1er duathlon olympique !

Un départ difficile où je sens tout de suite que les jambes ne sont pas au top. Au bout de 100m, je met le clignotant du groupe de tête et cherche mon rythme tout en me faisant pas mal doubler. Loin des 3’45/km imaginés, je stabilise autour de 3’55/km pour ne pas hypothéquer le reste de ma course. J’ai tellement chaud sous le soleil à ce moment… Je prends chaque verre d’eau aux ravitaillements pour me les renverser dessus mais rien n’y fait je meurs ! 15ème après 5km, mais je commence déjà à doubler les téméraires du début qui risquent de bien galérer après s’être mis dans le rouge à ce moment !

Duathlon olympique Check !

Et puis je me rends compte que j’ai oublié mon ravitaillement-maison (et local à base de sirop d’érable dans une mini flasque souple)… Du coup je prévois de sauter sur le Gatorade aux ravitaillements, manque les 2 premiers où les bénévoles ont les mains vides quand je passe… Et réussi finalement à boire un verre de coca au dernier ravito… Pas très rassurant pour la suite mais ça aura fait passer le 2ème tour un peu plus vite ! Résultat 38’30 sur 9,8km au GPS, ma remontée se solde par une 10ème place à ce moment et c’est parti pour le grand show de la transition !

Transition 1 sans soucis

Duathlon olympique Check !

La nouveauté commence avec cette T1 par une erreur, je me trompe d’allée… Heureusement il y a assez d’espace entre mon vélo et celui de mon voisin pour passer sous la barre, ouf ! (J’apprendrais ensuite que j’aurai pu me faire disqualifier pour ça… pauvre débutant que je suis ! :))

Casque et lunettes enfilés comme à l’entraînement, chaussures retirées et hop je cours à côté du vélo. Un virage pour sortir de la zone et la ligne de montée sur le vélo arrive. C’est l’heure du Flying Mount, autrement dit sauter sur le vélo au vol sans s’arrêter de courir. Impeccable, je pose les pieds sur les chaussures sans perte de rythme, pédale un peu et attache correctement mes chaussures. J’arrive finalement sur le circuit en me disant “wahou la partie la plus technique s’est parfaitement passée!!”

Duathlon Olympique – Partie 2 : 40km Bike

duathlon-montreal-2016-5

Les réjouissances sont de courte durée puisque la section vélo démarre plein vent de face. Avec les jambes qui brûlent de l’adaptation course/vélo. Je pense aux conseils que j’ai beaucoup lu ces derniers jours et ne pousse pas trop pendant les 2 premiers kilomètres. En plus, il y a des cyclistes partout car plusieurs épreuves sont en simultanée, il faut faire attention. Arrive la grande ligne droite où le vent est plein dos comme je l’avais imaginé. En poussant rien qu’un petit peu je me retrouve à 42km/h, et mes jambes commencent à vraiment se mettre en mode vélo.

Elles ne lâcheront plus ce mode et le rythme effréné va continuer jusqu’au bout. J’enchaîne les tours à plus de 40km/h de moyenne, prenant confiance dans les virages ce qui se traduit par beaucoup plus de vitesse en restant en position aéro. Bien sûr depuis le début, je bois énormément pour rattraper le manque de la course. Je mange donc mon seul gel après le loupé de la course, ce sera léger mais j’espère qu’il suffira pour aller au bout sans fringale !

Duathlon olympique Check !

Le tableau était quand même un peu trop beau, au bout de 15km de vélo je sens des crampes aux mollets monter. Je me mets à rouler beaucoup plus “en cuisse” porté sur l’avant de ma selle quand il faut relancer pour épargner un peu mes mollets. Ça semble à peu près fonctionner, je file toujours à 40km/h de moyenne avec une belle impression de facilité par rapport aux autres cyclistes autour de moi. Mais je ne suis sûr de rien avec les épreuves multiples en cours. Une fois le 9ème tour de circuit bouclé, je sors vers la zone de transition. Je ne le sais pas mais je suis alors 9ème, j’ai gagné 1 place sur le vélo, qui l’aurait cru !!!

Transition T2 : Dur !

duathlon-montreal-2016-8

Une descente de vélo bien maîtrisée mais des mollets qui crient lorsque je cours pieds nus à côté de mon vélo. Ce n’en sera que pire au moment d’enfiler mes running… Grosse crampe, cri de douleur… Mais je vais pas lâcher le morceau ici donc j’étire rapidement et part en serrant les dents.

Duathlon Olympique – Partie 3 : 5km Run

Duathlon olympique Check !

C’est parti pour 5km à fond ! Enfin à fond… Avec ce qu’il reste dans le moteur c’est à dire pu grand chose ! Les jambes piquent mais le plus dur est ailleurs, je suis vidé… Je pousse comme je peux à 3’50/km je sais que ça n’ira pas plus vite, j’ai déjà l’impression d’être au bout de ma vie après 1km à ce rythme… Alors j’utilise ma méthode de motivation par petits objectifs… Jusqu’au ravito, au prochain virage, doubler ce gars d’une autre épreuve… Ce qui m’amènera péniblement à 2km de l’arrivée où je trouve l’objectif ultime : un de mes concurrents est à peine 100m devant… J’essaye de me motiver à revenir, passant du “j’abandonne c’est trop dur” à “t’es un runner ou pas?”… Bien sûr c’est le 2ème qui réussira à l’emporter et je reviendrai et relancerai même pour doubler et le distancer !

Quelle belle fin que d’avoir réussi ça, la ligne d’arrivée est à 250m c’est top… Jusqu’à la crampe… THE crampe, celle qui te cloue sur place… J’essaye de repartir… Impossible… Je l’étire rapidement et repart sur une jambe… Evidemment je me suis fait redoubler pendant ce temps… Ça me fait sourire au final, qu’est ce que j’en ai à faire de la place ? J’ai pris un pied monstre à faire ce Duathlon Olympique !!!

1er duathlon olympique fun et compétitif !

Duathlon olympique Check !

Au final j’apprendrais que j’ai finis 6ème, à 2’30 à peine du vainqueur, sur une course de 2h… Je reste sans voix ! Mon intuition me disait que le vélo et moi ça pouvait vraiment marcher, je crois qu’il n’y a plus de doute ! Cette 1ère expérience a été difficile sous le soleil au 1er 10km mais au final je suis fier de ma gestion de course impeccable avec une belle remontée au fur et à mesure de la course !

Une chose est sûre, j’ai vraiment aimé cette épreuve et vous m’y reverrez parce que si en plus j’ai de quoi être compétitif, je ne vais pas me priver ! 😛

3 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here