Ce Triathlon International de Montréal n’était que mon 2ème triathlon… Pourtant j’étais programmé pour réussir ! Je ne sais pas pourquoi mais il y a des jours comme ça où tu te lèves et tu sens que la journée va être bonne. Elle n’a pas été parfaite, loin de là, comme vous pourrez le lire plus loin… Mais pour un 2ème triathlon, j’en suis plus que satisfait… Pour voir les images de ma course, c’est juste en-dessous ! Et pour le récit complet, c ‘est juste après ! 🙂

Triathlon International de Montréal : à la maison !

S’il y a bien quelque chose que j’adore c’est ça : les courses à domicile. C’est tellement moins stressant de pouvoir avoir sa routine habituelle et de maîtriser son planning à la perfection ! Impossible pour moi de manquer ce Triathlon International de Montréal ! En plus j’y ai rencontré énormément de gens que je connaissais + ma mère et ma soeur étant à Montréal… C’est toujours fun de pouvoir courir devant la famille ! Bref, tout va bien, tout est maîtrisé, 0 stress avant le départ !

Et puis je me dis que je peux difficilement faire pire que la natation lors de mon 1er triathlon ! L’eau est à 23° donc pas de wetsuit (je vais finir en ayant bien frais à la fin du 1500m, j’aurai pris l’option combinaison avec plaisir vu la quantité de gras que j’emporte sur moi !) et le départ se fait par vagues sur le ponton des pros ! Ok, nous on part dans l’eau, pas de plongeon. C’est moins glamour mais je pense que le résultat n’aurait de toute manière pas été aussi artistique !

Une natation bien gérée malgré le trafic !

Triathlon International de Montréal : une 2ème expérience bien meilleure que la 1ère !

La seule inquiétude que j’avais ? Les embouteillages ! Car avec un départ des 35-44 ans à 9h15 et le notre à 9h18… ça allait forcément se terminer par quelques incidents ! Il n’y en a pas eu de mon côté, je repérais à chaque fois les bonnets bleus et les évitais… tant bien que mal ! En particulier au niveau des changements de direction (nombreux sur ce parcours) où tout le monde s’entassait.

En fait ma stratégie s’est rapidement dessinée. Après un départ progressif, à l’extérieur de la mêlée… je me suis mis dans mon rythme, j’ai passé quelques groupes… et j‘ai finalement trouvé les pieds d’un nageur parfait pour moi. Je nageais à sa droite, sans réussir à le doubler… Alors je me suis calé derrière ! Et c’est pas mal le résumé de ma 2ème partie de natation.

Rester le plus possible dans les pieds car les deux fois où j’ai essayé d’en sortir pour relancer… Je ne progressais pas vraiment… Dans ce cas, pourquoi se fatiguer pour rien ? Rester tranquillement dans les pieds pour s’économiser est parfait ! Enfin, à quelques centaines de mètres du but j’ai activé un peu plus les jambes en prévision de la suite, tout va bien ça répond du tac au tac! Ou presque… Car au moment de sortir, j’ai du mal à courir droit ! Mon corps veut m’emmener à gauche !

Triathlon International de Montréal : une 2ème expérience bien meilleure que la 1ère !

Un parcours vélo pour ceux qui ont de la puissance !

Surprise en sortant de l’eau, je vois devant moi la combi « France » de mon pote Nico. Ça veut dire que ma nage a été correcte ! À ce moment je suis 59ème sur 284 partant ! Peut-être pas encore au niveau de mes séances en piscine, mais on s’en approche fortement ! Je suis dans les 1/5ème du classement, ça se fête ! Impossible de dire si j’ai nagé vite par contre… Il y avait clairement plus que 1.5km sur ce parcours puisque le meilleur temps est annoncé à 1’30/100m de moyenne… Ce qui est rapide pour moi mais “lent” pour un bon nageur ! Bref, je retiendrais que ma nage a été positive !

Et puis surtout, à ce moment, je me dis que la suite va être fun car je vais pouvoir essayer de challenger mon pote sur la suite du triathlon. En attendant il est plus rapide que moi en transition et me prend une petite dizaine de secondes… Le début du parcours étant très bosselé j’attendrais plus de 500m pour enfiler mes chaussures et commencer à envoyer les watts ! C’est pas l’heure de se vautrer à deux semaines de l’objectif, je préfère perdre un peu de temps !

>> À LIRE : Mon premier triathlon et sa natation catastrophique…

C’est l’heure d’appuyer fort sur les pédales !

Je me suis donné sur ce parcours vélo, vraiment ! Même sensation qu’à Verdun, je suis capable de tenir longtemps, mais je n’ai pas une grosse réserve de vitesse. Et ce parcours n’est vraiment pas facile… Trois épingles, et deux côtes courtes mais sèches qui font mal aux jambes ! Surtout l’une des deux qui oblige à monter haut dans les watts (450 à 500 watts pour moi qui est une FTP de 260 !) pendant les 5 dernières secondes pour arriver en haut sans être à l’arrêt… La prendre 8 fois, ça explose vraiment les cuisses ! Mais ça c’est une autre histoire, on en reparlera !

Triathlon International de Montréal : une 2ème expérience bien meilleure que la 1ère !

Une distance de course inexacte… Un coureur sur deux se trompera !

Pour la première fois, je fais une grosse erreur en course… en me trompant dans le comptage des tours à effectuer… En fait après 7 tours, je ne sais plus à combien j’en suis. Mais mon GPS indique assez clairement les choses, j’en suis à 31km donc je n’ai pas de doutes sur le fait qu’il reste 2 tours pour faire 40km au total. J’enquille donc les deux derniers tours en restant concentré pour ne rien lâcher malgré les cuisses qui commencent à hurler dans la butte la plus pentue

Fin du vélo avec 39,6km au compteur, la base, je n’ai aucun doute là-dessus (tellement que lors du dernier tour j’ai indiqué à mon pote Nico de continuer… à tord… :/ ). Bref, le parcours faisait 36km environ mais comme on avait pas eu l’info, ça explique la moitié de coureurs qui se trompera sur la distance ! On dira que les tords sont partagés entre non information sur ce point et nonchalance des coureurs dans le comptages de leurs tours ! Une chose est sûre, on ne m’y prendra plus ! J’étais 29ème au bout de 8 tours, je suis repassé 52ème à cause de cette bourde… Restait à se rattraper sur le vélo ! 😉

>> VOIR les données de mon triathlon sur mon compte Strava

Triathlon International de Montréal : une 2ème expérience bien meilleure que la 1ère !

C’est parti pour le show de la course à pied !

Depuis le Duathlon de Verdun, je sens que je suis en grande forme côté course à pied. Cette fois encore je vais me sentir plein d’énergie dès les premières foulées. Je pars au feeling, sans pousser fort mais en sentant tout de même que le rythme est bon, que ça déroule bien ! Alors quand le 1er km bippera en 3’45 et que le suivant sera sur le même rythme… je suis sur mon nuage ! Je remonte les coureurs comme un avion sans avoir l’impression de forcer.

À ce moment je passe à côté d’un pote qui me dit que je suis 3ème de ma catégorie et que le 2ème est 2′ devant… C’est beaucoup 2’ mais je sais que le challenge est à ma portée avec la forme que je tiens aujourd’hui ! Alors je relance un peu et le 3ème km bippera à 3’41 ! Wouh, c’est presque mon allure semi, j’adore ! Je vais quand même me calmer un peu et penser à me ravitailler pour que la dernière partie de course reste sur cette dynamique. Un gel que je prendrais en plusieurs fois et des gobelets d’eau au ravitaillement. Ça ne me ralentira qu’un tout petit peu avec des kms à 3’47 et 3’49.

Des crampes viendront « gâcher » la fête !

C’est l’heure de payer l’addition des efforts faits sur le vélo et notamment des puissances élevées que j’ai tenu dans les buttes… Les vastes internes de mes quadriceps sont tous les deux au bord des crampes ! Je sais qu’il ne faut pas jouer avec ça car si les crampes viennent, on le paye cash… Alors je décide d’être sage et de ralentir le rythme. Les kilomètres 7,8 et 9 seront tous entre 3’55 et 4’. Ça reste un bon rythme, certainement plus rapide que mes concurrents donc pas d’inquiétude.

Dans le dernier kilomètre, je n’ai aucune idée de si j’ai doublé celui que je chassais… J’essaye donc de relancer comme je peux pour être sûr de ne rien regretter. Une fois dans le couloir réservé aux arrivées, personne devant, personne derrière… Dans tous les cas le classement est déjà joué ! Je finis donc en roue libre, avec quand même une accélération dans la dernière ligne droite pour le fun ! J’ai un super sentiment en franchissant la ligne et je serre le point de satisfaction !

>> VOIR les données de ma course à pied ici

Triathlon International de Montréal : une 2ème expérience bien meilleure que la 1ère !

Peu importe le classement, les sensations sont là !

Je termine 25ème et 2ème de ma catégorie. Soit 27 places de remontées sur la course à pied dont j’ai fait le 4ème temps de tous les coureurs et surtout un chrono d’environ 38’ au 10km… Très satisfaisant vu la manière dont j’ai dû terminer ! J’aurai pu terminer 15ème au général sans mon erreur de comptage mais à vrai dire je m’en fiche. J’ai pris énormément de plaisir sur ce Triathlon International de Montréal, à courir devant ma famille, dans les rues de ma ville.

Et surtout mon niveau de confiance à deux semaines du Ironman 70.3 de Lake Placid est au maximum ! Je ne pouvais pas espérer mieux au moment d’aborder l’affutage avant cette course ! Ça ne veut pas dire que ça va bien se passer car un jour de course ne peut pas se prévoir… Mais j’ai mis toutes les chances de mon côté et c’est bien le principal !

1 COMMENT

  1. Salut Niko,

    Super perf’ bravo. Et merci pour ce nouveau résumé. J’ai lu une astuce pour ne pas te gourer dans les tours, tu fais l’alphabet A B C D E F G H en associant un mot à chaque lettres. A chaque tour tu te répète le mot régulièrement et au lieu de compter les tours numériquement tu le fais avec les lettres quand tu arrives au H tu as tes 8 tours.
    Par contre je suis impressioné par tes temps de natation pour dire que tu as débuté il y a un an seulement seulement. Moi je nage depuis 15 ans mais pas régulièrement et actuellement je tourne à 20 minutes pour 750m et je n’ose pas encore me lancer dans 1500m. Après on a pas le même gabarit. Du coup j’ai franchi le cap et je me suis inscris au club de triathlon proche de chez moi, premier entrainement en piscine ce soir on verra d’ici janvier si j’ai progressé significativement. D’autant que je dois me faire opérer d’une fissure au ménisque donc le seul sport possible pour l’instant est la natation et un peu de vélo.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here